La cité de Dieu

Publié le par Loula

La cité de Dieu de Paulo Lins, Gallimard (folio)


J'ai enfin fini ce livre...

En effet, j'ai mis beaucoup de temps à le lire (il m'aura fallu tout le mois de février quand même) et je ne sais pas trop quoi en penser.

Ce livre raconte en trois parties, chacune du nom d'un bandit, la naissance d'une favela au Brésil, la cité de Dieu. Chaque partie suivra un nouveau bandit, mais les personnages restent les mêmes, ce n'est pas à chaque fois une nouvelle histoire à proprement parler.

On part au début avec des bandits à la petite semaine, toujours à l'affut d'un coup pour faire rentrer de l'argent, cet argent leur servant à vivre au quotidien. Pourtant ils sont sans arrêt poussés par leurs rêves de partir et de s'installer ailleur avec assez d'argent pour jusqu'à la fin de leurs jours. Ils cherchent alors le coup qui leur permettra de réunir tout cet argent.

Puis les années passent, les bandits meurent (jeunes...) et les ambitions changent. Certains rêvent de devenir riche et de dominer tout le quartier, commencent alors les attaques entre bandes qui deviendront gang et provoquernt de terribles guerres dans la favela.

Ce roman n'est que violence tout au long et c'est pourquoi il est dur à lire. Pas dans le sens où ce qu'on lit est insoutenable, mais dans le sens où la répétition de la violence fini par donner la nausée... Par moment on a l'impression de ne pas avancer dans l'histoire tellement on passe de braquages sanglants en viols et en meurtres passionnels...

Mais une fois fini, on comprend mieux l'ensemble, qui raconte cette histoire de la favela et comment elle sombre petit à petit dans la violence, d'abord à cause de la misère et ensuite car les enfants qui y naissent ne connaissent que la violence et l'engrenage de la vengeance.

On croise évidemment beaucoup de policiers, mais ceux-ci ne valent pas mieux, volant et exécutant les bandits.
Les bandits évoluent aussi, ceux du début peuvent paraître sympathique, on aurait presque envie qu'ils s'en sortent, mais on sait que ça n'est pas possible. Mais au fil de la lecture on rencontre des personnages beaucoup moins sympathiques sur le sort desquels il est impossible de s'apitoyer.

J'aimerais avoir vos avis si vous avez lu ce livre, mais j'ai l'impression qu'en dépit d'un plaisir de lecture mitigé, il reste longtemps à l'esprit...

Pour un extrait, c'est ici.

Publié dans Lectures

Commenter cet article

kathel 29/02/2008 09:27

Je l'ai commencé et jamais terminé, mais comme il y a assez longtemps, je ne sais plus trop pour quelle raison. Je crois que je n'arrivais pas à m'attacher aux personnages et qu'il y avait vraiment trop de violence et trop peu d'espoir. ça rejoint tes impressions de lecture, donc...

Loula 29/02/2008 12:14

Oui, j'ai eu l'impression de devoir "m'accrocher"  pour aller jusqu'au bout! D'ailleur j'avais commencé un autre livre en même temps...